Bodyboarders France

Le monde du Bodyboard

La naissance du bodyboard

Duke Kahanamoku, né en 1890 à Honolulu, était un nageur médaillé olympique et également reconnu comme l'inventeur du surf moderne en réalisant de nouvelles figures.

Puis le bodyboard, tel que nous le connaissons aujourd'hui, revient à Tom Morey, . Sa profession dans l'aéronaval  lui donne de solides bases pour les projeter sur les sports nautiques. En 1971, il s'installe à Hawai et invente le bodyboard, sport proche du surf, en créant une planche plus courte et plus flexible.

Après quelques évolutions dans les compétitions naissantes, le monde du bodyboard commence à s'organiser, et in fine, en 2004, l'IBA (International Bodyboard Association) fut créée.
 


 

La planche

Cette planche est plus légère que la planche du surf parce qu'elle est en mousse. Elle mesure environ 1 mètre de long et 60 cm de large.
Elle s'utilise surtout en position allongée mais la position debout n'est pas exclue et le bodyboarder possède une combinaison et des palmes courtes pour aider son départ sur la vague.

Le bodyboard en France

Michel Hoff, voyage aux Etats-Unis en 1976, pour son travail et remarque l'invention de Tom Morey. Séduit, il décide alors de la commercialiser en France et en Europe et très rapidement les compétitions arrivent.

Quelques noms

Quelques grands concurrents ont fait leur place comme Nicola Capdeville, triple champion de France, Guilherme Tamega, six foix champion du monde et six fois vice-champion et Mike Stewart, multiple champion du monde. Champion du monde en 2010, Amauray Lavernhe, a écrit un livre sur le monde du bodyboard. Et maintenant, pour ne citer que les plus récents champions Maxime Castillo remporte la coupe de France ou Pierre-Louis Costes remporte le tour européen en 2014.

Vocabulaire

Backside : surfer sur le dos de la vague.
Prone : position allongée
Curl : cœur de la vague.
Leash : cordon qui relie le surfeur à sa planche.
Spot de surf : lieu où les surfeurs pratiquent leur activité.
 

Laissez votre commentaire à propos de cet article